Au conseil Communal, notre chef de file Stefan Dooreman a interpellé la Bourgmestre sur les épisodes de chaleur et leurs effets sur nos concitoyens, notamment les plus fragiles. Il a rappelé les efforts déjà faits mais à poursuivre en matière d’aménagement et de végétalisation de l’espace public. Il a également demandé que l’information sur les effets de la chaleur et la manière de s’en prémunir soient davantage relayée parmi la population. Enfin, il a insisté sur la nécessité d’intégrer la lutte contre les canicules et les ilôts de chaleur dans le plan Climat Communal en préparation. Lisez ici son intervention.

PLAN CANICULE COMMUNAL

Interpellation au Conseil Communal du 31 août 2022

Par Stefan Dooreman, conseiller communal Ecolo-Groen

 

Madame la Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les échevin.es,

Chèr.es collègues, 

Il y a 3 ans, le 23/10/2019 plus précisément, notre collègue de l’époque, Thomas Naessens, interpellait déjà à propos de l’impact des vagues de chaleur extrêmes sur la santé de nos concitoyens.  

Nous connaissons ces dernières années les premiers effets du dérèglement climatique et la vague de chaleur dans laquelle nous avons été plongés à plusieurs reprises en juillet et en août nous le rappelle une fois encore. On définit généralement une vague de chaleur par une température de 25°c pendant au moins cinq jours, dont au minimum trois jours au-dessus des 30°c. 

 En dépit de tout ce qui est entrepris et qui sera entrepris pour réduire au maximum l’impact des activités humaines sur le réchauffement climatique, les experts nous prédisent déjà une augmentation des épisodes caniculaires dans les années à venir et une augmentation substantielle de la température moyenne de 7 à 8 °c dans les grandes villes. La chaleur en ville est encore plus forte du fait de son accumulation dans le béton et l’asphalte.  Nous devons donc nous y préparer car la lutte contre les effets du réchauffement climatique est un de nos principaux défis pour les années à venir.

Lors de jours de forte chaleur, il est primordial d’être attentif aux plus isolés afin d’éviter des situations parfois dramatiques car certaines personnes n’ont pas le réflexe de boire suffisamment d’eau ou de se protéger du soleil. Le danger de déshydratation est donc important, comme le risque de malaise, stress, manque de sommeil, etc…

Les trois vagues de chaleur de l’été 2019 avaient tuées pas moins de 716 personnes en Belgique.  En 2020, ce sont 1.400 personnes qui sont décédées des suites de la canicule. Nous n’avons pas encore les chiffres de 2022 mais on évoque déjà, hélas, une surmortalité importante.

Si l’on ne peut que se réjouir de l’ambitieux plan air-climat mis en œuvre par notre commune, il est également important et urgent de se doter d’un plan canicule efficace et proactif, prêt à être déployé en situation de vague de chaleur et surtout connu de la population.

Dans la réponse qui nous avait été faite en octobre 2019, il a été dit qu’un des 4 grands objectifs stratégiques du plan air-climat qui allait mis en place était justement de s’adapter au changement climatique et se préparer à ses effets sur notre population.

En effectuant des recherches sur le site de la commune on s’aperçoit qu’il y a bien quelque chose de prévu puisqu’on peut contacter le point d’info Viva entre 8h et 16h, du lundi au vendredi.  Un article dans le Jette Info de juillet-août reprend également ces informations avec quelques conseils. Mais aucune autre communication n’est faite et on déplore qu’une grande partie de nos concitoyens n’est pas au courant.

Il devient donc urgent, et là je reprends les termes utilisés par Thomas Naessens en 2019, « de faire preuve d’une réaction rapide pour les aspects sanitaires et le soutien aux habitants, de telle sorte que nous soyons prêts avec des mesures canicules renforcées pour le prochain été. » Il convient aussi alors de mettre en place une stratégie de communication massive afin que tout le monde ait connaissance des mesures prises dans le cadre de ce vrai plan canicule.  Ce plan aurait pour objectif de diffuser, à l’aide de plans ou de cartes interactives,  des informations de prévention et des recommandations en cas de fortes chaleurs, indiquer la liste des endroits refuges,  des bâtiments publics présentant des caractéristiques d’isolation et de rafraîchissement naturel qui pourraient accueillir les personnes en détresse ou vulnérables (centres communautaires, bibliothèques publiques, lieux de culte …), les parcs, squares, jardins et autres espaces particulièrement frais et arborés,  les endroits où on peut trouver des fontaines d’eau potable.  

Dans chaque lieu d’accueil de la petite enfance, tout comme dans les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, nous devrions nous assurer de la présence d’une pièce rafraîchie. Les recommandations sanitaires pour les personnes fragiles sont de passer au moins trois heures par jour dans un endroit frais. 

Il serait également nécessaire d’ouvrir un numéro vert 0800 pour obtenir informations et conseils, comme cela se fait déjà dans d’autres communes bruxelloises (Bruxelles ville, Auderghem, Evere, Ganshoren, Woluwe Saint-Pierre). Ce dispositif devrait aussi permettre d'activer une équipe mobile susceptible de se rendre à domicile. 

 Mais un vrai plan canicule n’est rien sans la constitution d’un registre des personnes vulnérables, en informant la population par les différents canaux de communication de la possibilité d’intégrer un fichier téléphonique et sous quelles conditions.

 En France, la constitution de ce registre nominatif est une obligation légale imposée aux communes.

Un registre communal des personnes vulnérables contiendrait, sur base volontaire bien sûr, les coordonnées de toutes les personnes seules ou en couple de plus de 75 ans, les personnes isolées, les personnes à mobilité réduite et porteuses d’un handicap. Un courrier nominatif avec formulaire d'inscription et port payé, pourrait être envoyé à tous les habitants domiciliés à Jette âgées de 75 ans et plus.

Ce registre permettrait, en cas de canicule, d’appeler ou de contacter les personnes qui y sont inscrites pour vérifier qu’elles vont bien, proposer une aide aux personnes ayant des difficultés à se déplacer et/ou n'ayant pas la possibilité d'être aidées par des proches afin de leur éviter de sortir lorsque la température extérieure est trop élevée. 

Nous savons que des efforts sont faits, notamment en collaboration avec nos échevins, pour intégrer les risques liés à la chaleur extrême dans la planification urbaine et pour créer des îlots de fraicheur en transformant des zones bétonnées en zones végétalisées pour redonner plus de place à la nature en ville.

Jette compte également déjà quelques fontaines à eau potable, dont une toute première, installée par Vivaqua, a été inaugurée au Parc de la Jeunesse le 24/05/2022. Au total, ce ne sont pas moins de 28 fontaines à eau potable qui seront installées dans la région bruxelloise par Vivaqua en 2022.

Mais nous devons poursuivre nos efforts pour soulager la population et c’est tout l’urbanisme qui doit être repensé.  La végétalisation judicieuse de la ville pourrait permettre de réduire la température de quelques degrés. Une gestion de l’eau axée vers une perméabilisation du sol des villes est également indispensable. En rendant les sols des villes plus perméables (création de surfaces en herbe, noues, bassins d’infiltration, sols en graviers, béton poreux, chaussées poreuses…), l’eau cessera de ruisseler sur l’asphalte, pénètrera dans le sol et pourra s’évaporer ensuite progressivement en créant de la fraîcheur. 

Il y a une urgence absolue mais il n’est pas encore trop tard.

 Mes questions :

·       La commune de Jette pourrait-elle envisager de mettre en œuvre une campagne d’information massive relative au plan canicule afin que toute la population jettoise en ait connaissance ? Un flyer spécifiquement consacré aux canicules et à tout ce qui est entrepris au niveau communal pour y faire face pourrait-il être distribué à l’ensemble de la population jettoise ?

·       La mise à disposition d’un ou plusieurs bâtiments publics présentant des caractéristiques d’isolation et de fraîcheur pourrait-elle être organisée en cas de chaleurs extrêmes ?

·       Pourrait-on mettre à disposition un numéro vert 0800 qui serait activé pendant les périodes de chaleurs excessives ?

·       Ne faut-il pas associer les membres du groupe de travail plan air-climat, des experts et l’ensemble des membres du conseil communal pour constituer une liste de toutes les informations et actions à mettre en œuvre pour prévenir et limiter les effets sanitaires ? 

·       De manière générale, quelles sont les mesures qui seront prises au niveau de l’aménagement urbain (végétalisation, gestion de l’eau, création d’ilots de fraîcheur) pour atténuer les effets des canicules sur nos concitoyens ?

·       Enfin, serait-il possible d’envisager la constitution d’un registre des personnes vulnérables, sur base volontaire, en informant la population de la possibilité d’y figurer et sous quelles conditions ?

 

 

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

Stefan Dooreman

Chef de groupe pour le groupe Ecolo-Groen